Comment participer ?
Plan des structures découvertes
"La Butte du Château"
Généralités
Ce château à motte est situé dans la forêt de Saussay, au lieu-dit "la Butte du Château", sur le territoire de la commune de Bretoncelles (Orne). Le site qui s'étend sur trois à quatre hectares, comprend une motte et deux basses-cours. L'ensemble est très bien conservé. La recherche porte à la fois sur le château lui-même (limites chronologiques, organisation interne) et sur le contexte historique (conquête du Perche par les Rotrou de Nogent, formation du comté du Perche, naissance d'une seigneurie châtelaine).
Des sondages préliminaires ont montré l'intérêt et la richesse archéologique du site permettant de supposer une construction du château au cours du XIe siècle et un abandon au début du XVe siècle. Les campagnes de fouilles ont permis de confirmer ces hypothèses et de mettre en évidence différentes structures appartenant à la première basse-cour , la plus proche de la motte.
Le bâtiment résidentiel, situé au pied de la motte, est en L.
Les murs, faits de moellons calcaires et surtout de silex liés à l'argile, sont épais de 0,80 m et sont conservés sur une hauteur variant de 0,80 à 1,20 m. Au-dessus de ces solins construits en dur s'élevaient des murs de charpente et de torchis dont on a retrouvé des traces. Ce bâtiment a été incendié au début du XVe siècle.
Face à ce bâtiment, à l’est de la basse-cour, un four et son fournil ont été découverts. Le four, de plan circulaire est surélevé par rapport au sol actuel environnant et ceinturé par un mur de moellons. La dernière sole du four est assez bien conservée. La gueule de ce four (en direction du nord) s’ouvrait dans une cheminée dont l'âtre est fait de gros tuileaux. À l’est du fournil, un autre four situé au niveau du sol s’étendait.
Au sud-ouest de la basse-cour, une coupe du rempart a montré qu’à cet endroit, il est entièrement fait de sable. Au pied du rempart, on a découvert les traces d'un grand bâtiment qui abritait, dans sa partie centrale, un four et avait succédé à un bâtiment plus ancien possédant, lui aussi, son four.
Au nord-ouest de la basse-cour, au pied du rempart s’étendait une vaste cour empierrée de calcaire.
La motte édifiée en sable maintenu par un système de poutres était consolidée par une nappe de silex maçonnés. Elle portait, à son sommet une tour décentrée à soubassement de pierre.
L'entrée actuelle dans la basse-cour constitue un accès d'origine, puisque, au-delà du fossé existe une barbacane défensive de plan semi-circulaire. Le passage a été mis au jour sous la forme d'un chemin empierré. Sur les côtés de ce passage, le rempart était maintenu par des murs maçonnés construits en silex qui soutenaient une tour porche permettant, à l’étage, la communication d’une partie à l’autre du chemin de ronde
Le chantier

Les recherches ont commencé en 1992 sous l'impulsion de Joseph Decaëns, depuis 1998, elles se poursuivent sous la direction d'Anne-Marie Flambard Héricher.

L'étude a d'abord porté sur la basse-cour où s'élevait un ensemble résidentiel et domestique et un vaste bâtiment de production, puis sur l'entrée fortifiée et enfin sur la motte où s'élevait une tour.

Les équipes de fouilleurs sont intervenues en avril et en juillet-août de chaque année.
Barbacane
Bâtiment résidentiel
Motte
Cour
Bâtiment D
Les matériaux de construction
Reconstitution 3D
10 ans de fouille
Une motte castrale
Localisation
Accueil